Le bleu du ciel (à Fukushima)

Retour d'école. Shimizu, préfecture de Fukushima, 06.04.2011

Les cours ont repris depuis plus d’une semaine (mercredi 6 avril) dans la préfecture de Fukushima. Les environs immédiats de la zone d’exclusion (un périmètre de 30km autour de la centrale nucléaire défaillante) seraient donc, selon les estimations du gouvernement japonais, viables sur le long terme.

Pourtant, malgré les mesures (rassurantes) de radioactivité effectuées sur place1, le bleu du ciel n’est plus le symbole d’une journée radieuse. Le doute s’est installé, la menace nucléaire semble en avoir définitivement terni la clarté. Comment ne pas regarder cette photographie d’une mère en kimono revenant de l’école avec sa fille, sans y ajouter le spectre nucléaire marchant comme un troisième homme  ? En fait, ce tiers exclu de l’image, ce « peut-être » qui hante tous les oui-non, est un « trixel » qui surgit (et se dérobe) des pixels.

Ce que montre l’image ? Une femme et sa fille qui marchent sur un trottoir. La forme du cartable et le kimono indiquent le Japon. La scène semble paisible. Ce que nous dit le récit : « Attention ! L’image ne montre que le radieux pas le radio. » Alors subrepticement le visible se charge d’invisible.

Le regard n’est plus radar, il se charge de ce qu’il sait.

École primaire de Shimizu, préfecture de Fukushima, mercredi 6 avril.

.
Nous le savions déjà pourrait-on rétorquer :  le vu est contingent d’une culture du visuel et d’une disposition émotionnelle2. Mais, dans cette image là, il se charge d’un récit qui contient un mot-spectre : Fukushima. Le spectral c’est l’activité nucléaire qu’un regard-radar, pictural et topographique ne saurait discerner. L’originalité du nucléaire, c’est son assise rationnelle (entendue « mesurable », « quantitative ») : le fantomatique y devient mesurable.  La puissance d’agir des mythologiques (au sens de R. barthes) en est décuplée car l’invisible existe vraiment.

Des employés de la préfecture de Fukushima mesure la radioactivité dans une école primaire. Iitate, le 5 avril 2011

Pour plagier Flaubert (qui parlait d’indisable à propos de l’expression impossible du vécu), je qualifierai l’invisibilité nucléaire d’ « invisable ». Le surbleuissement du ciel qui s’est produit à Fukushima est né le 6 aout 1945 à 08h15. Il est invisable.

Le prix Nobel de littérature Kenzaburô Ôé écrivait, dans un article récent, « une fois de plus nous sommes sous le regard des victimes du nucléaire ». Les morts et les survivants de Hiroshima, de Nagasaki, des pêcheurs irradiés lors des essais effectués aux îles Bikinis et des innombrables victimes de Tchernobyl hantent à nouveau le ciel, celui des idées et celui de l’atmosphère. La menace devient danger, elle s’ancre peu à peu dans l’imaginaire tout autant que dans l’histoire factuelle. Dès lors, les analyses quantitatives ne peuvent plus rassurer qu’à grand’ peine, un événement chargé de puissance culturelle. La catastrophe nucléaire de Fukushima s’évalue aujourd’hui dans l’invisible pictographique. C’est là, à mon sens, l’enjeu photographique des images qui tenteront de rendre compte de la situation actuelle dans la région de Fukushima (comme de celle de La Zone qui entoure Tchernobyl) : elle devront tenter de faire sentir au plus près l’invisable.

Le bleu du ciel (détail de la photographie précédente)

L’expression « bleu du ciel », déjà sujet d’un billet précédent, doit désormais résonner avec l’œuvre éponyme (1935).  G. Bataille  y transforme la perdition en connaissance, il y montre le ciel dans les bas-fonds et le tréfonds. Il en inverse l’atmosphère, révélant le  bleu d’un ciel devenu profond et caillouteux, qui heurte et tranche comme du verre, comme un tesson de bouteille.

Le bleu du ciel, à Fukushima, Tchernobyl, Hiroshima et Nagasaki plus qu’ailleurs (mais ailleurs aussi) est désormais activé. Il est non seulement radio-activé mais symboliquement chargé : pollué, souillé et avilie. Les images à son épreuve s’y chargent d’invisible, il ne tient qu’à nous (photographes et regardeurs) d’y dévoiler l’invisable : les peurs qui sont associées, les particules qui (possiblement) y planent, et les mythologiques qui s’y agrègent.

Suppléments au billet :

Dans un article publié sur Libération au moment de la rédaction de ce billet, À Iwaki, sous la menace de l’atome,  une situation similaire à Shimizu est décrite : l’école y a repris et la vie devrait être censée s’y dérouler à nouveau normalement. La description depuis le terrain donne ceci : « Au vrai, la ville d’Iwaki semble pareille à une armée des ombres. Rêveurs d’être ailleurs, résignés d’être ici. Condamnés, on ne sait pas. La plupart des habitants semblent ici contre leur gré. Ou par devoir. (…) Iwaki, ou le village du Prisonnier. La question se pose. » (effectivement).

Par ailleurs, de nombreux journaux japonais font état de mesures ayant révélées une radioactivité effective dans certaines cours d’école primaire, notamment à Fukushima (la ville). Voir à ce propos (en japonais) : ici 1 école (à Fukushima) est concernée ;  ici et ici (à Souma Minami) ce sont 20 écoles où les relevés sont supérieurs à la norme du gouvernement japonais (qui se donne 12 jours pour décider de la marche à suivre).

Je remercie Cécile Asanuma-Brice qui m’a informé de cette situation et m’a fourni les liens vers les sites japonais.

  1. Par des fonctionnaires du gouvernement préfectoral de Fukushima []
  2. Wittgenstein écrivait ainsi Tractacus 6.43 « le monde de l’homme heureux (…) n’est pas le monde de l’homme malheureux » []

7 réflexions au sujet de « Le bleu du ciel (à Fukushima) »

  1. C’est une peur fantôme, une peur poisseuse, une peur qui colle. Une frousse qui semble minéraliser la bouche ; et plomber les nuits sans sommeil. «La peur nucléaire», lâche Akira Yamanobe. Masque sur la bouche, voilà ce pompier occupé à brosser une bâche bleu azur. Il est 14 h 14, hier, à Iwaki, treizième ville du Japon, à 45 km au sud de la centrale Fukushima. On lui parle alors de la menace fantôme, de la menace atome. Soudain, le sol vibre, chancelle, se dérobe sous ses pieds, comme un tapis roulant emprunté en sens inverse. «Attention», hurle-t-il, avant de se réfugier sous le hangar où s’alignent des camions si lustrés qu’ils paraissent, tels des jouets inutiles, sortis d’une devanture de magasin. Un nouveau séisme de force 6 vient de frapper. La ville se fige. Pas de cris. Juste un souffle retenu, une parenthèse désenchantée de plus. «Il faut déclencher l’alerte au tsunami !», lance, en courant (et en s’excusant), Akira.

  2. Ping : Réouverture des écoles irradiées de Fukushima, le Japon s’émeut… « CentraL BloG InfO

  3. Ping : Réouverture des écoles irradiées de Fukushima, le Japon s’émeut | Catastrophes

    • Je copie-colle ci-dessous, avec autorisation de l’auteure, un mail échangé avec Cécile Asanuma-Brice (EHESS-CNRS Tokyo)

      Bonjour ,
      Vous trouverez ici le dernier article concernant la réouverture des écoles maternelles, primaires et collège de la ville de Fukushima (journal Mainichi). En résumé, dans 13 des 20 écoles réouvertes (comprenant maternelles, primaires et collèges) des taux de 3.8 microsievert/h ont été enregistrés. Dépassant donc la dose de 20millisievert/an, nouvellement adoptée par le gouvernement japonais afin de pouvoir réouvrir les écoles sans se mettre hors constitution (auparavant la dose – seuil à ne pas dépasser par le citoyen lambda était de 1). Pour ces 13 écoles, les mesures de protection prisent par le MEXT semblent, pour le moins, dérisoires : limiter à 1 heure par jour les activités à l’extérieur des bâtiments, se laver mains et visage lorsque l’on rentre dans les bâtiments, en cas de contact buccal avec du sable et de la terre : encouragement aux gargarismes…
      Ces 13 écoles feront l’objet de mesures de la radioactivité une fois par semaine, et dans le cas où les mesures descendent au-dessous du seuil de 3.8 microsievert/h deux fois de suite, elles reprendront leur activité normalement… http://mainichi.jp/select/weathernews/20110311/news/20110420k0000m040114000c.html

      Si l’on se réfère au point de repère qui nous a été envoyé par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sécurité nucléaire) :
       » Points de repères :
      La Commission internationale de protection radiologique (CIPR) recommande que la population générale ne soit pas exposée artificiellement à plus de 1 mSv par an en plus de l’exposition naturelle. Cette recommandation est la même au Japon. Pour les personnes affectées à des travaux sous rayonnements ionisants, le seuil maximal recommandé est de 20 mSv par an. »
      http://www.ambafrance-jp.org/IMG/pdf/Radioactivite_-_points_de_reperes.pdf

      Il semble, selon les données fournies par l’institut de radioprotection de sécurité nucléaire lui-même, qu’il y ait véritablement de quoi s’inquiéter pour le futur proche de ces enfants. La population sur place nous demande de faire notre possible afin d’avertir la communauté internationale, et faire en sorte que le gouvernement japonais revoit sa décision de réouverture de ces écoles.

      Bien cordialement,
      Asanuma-Brice Cécile

  4. (envoyé par mail d’une collègue résident à Tokyo) : Aux dernières nouvelles le gouvernement a augmenté le taux acceptable général, même pour un enfant, à 20 millisievelt, soit ordinairement le seuil maxima accepté pour les adultes travaillant dans les centrales. Hier 10, enfin aujourd’hui ils ont remonté à 20(cf 2e groupe d’ articles joints. Devant l’émoi suscité chez les japonais par cette nouvelle les décisions ne semblent néanmoins pas stabilisées. Ce rehaussement des seuils d’acceptabilité chez l’humain leur permet de ne pas être hors la loi en réouvrant les écoles près de la centrale. Je ne sais pas sincèrement ce que cela donne sur un enfant de 5-6 ans à long terme, sachant que toutes les cours des écoles primaires sont revêtues de sables qui virevoltent avec les vents.

    http://www.asahi.com/edu/news/TKY201104140401.html
    http://www.yomidr.yomiuri.co.jp/page.jsp?id=39477
    http://www.yomidr.yomiuri.co.jp/page.jsp?id=39331

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *