Monuments et documents

Toutes les catastrophes génèrent des parts d’indicible et de non sens. Elles charrient des choses que l’on ne peut dire ou que l’on ne sait que taire. Pourtant on a le désir de pouvoir les transmettre, de trouver un moyen de les exprimer ou, tout au moins, de les partager. Ces événements recouvrent des scènes cruelles, des flashs indélébiles et des peines profondes qui hantent les mémoires et ne cessent de rester aux bouts des langues, là où se cherchent indéfiniment les mots pour le dire. La transmission de cette part d’indicible prend en général des formes « muettes » dont les monuments semblent les plus caractéristiques du champ social.

En général les monuments sont réduits à des formes géométriques simples (pensons à nos monuments aux morts « pour la patrie »), des obélisques ou, plus simplement encore, des pierres dressées ou des piliers rectangulaires à chapeau pointu (surmonté d’un coq). On y trouve gravés des noms propres, des noms de personnes qu’accompagnent leurs dates de naissance et de mort, ce qui permet de situer quel fut l’événement de référence. Ainsi, si l’on voit écrit « André Bon 1891-1915 » on est censé comprendre que c’est une personne tuée lors des charniers de la première guerre. La mémoire est implicite : les monuments commémorent, il ne font pas figure de document, c’est à dire d’archives. Ils ne sont pas des vecteurs pédagogiques (on apprend pas grâce à eux), mais des catalyseurs de la mémoire (on se souvient grâce à eux). Ils ne travaillent pas sur le sens et la conscience, mais sur le non sens, l’indicible et les différentes formes de dénis inhérentes aux vécus des catastrophes. Les monuments co-mémorent,  c’est à une mémoire collective qu’ils font référence. Ainsi,  les monuments ne vont pas seuls, ils sont associés à des commémorations, à ces moments communautaires où l’on se regroupe et réaffirme une mémoire commune difficile. Ces commémorations sont des occasions de pouvoir sentir et transmettre l’indicible de l’événement, dans les pleurs de certains et les visages fermés ou les manières de sourires, légèrement crispé. Par le simple fait aussi de voir s’assembler les anciens, ceux qui y étaient.
Un monument ne se réduit pas à une architecture, à un contenu mémoriel ou à une source historique. Il est monument si et seulement si il est (ou fut) associé à une pratique spécifique de transmission (la commémoration).  Les monuments sont des manières de souvenance qui activent de manière positive le précepte de L. Wittgenstein : « Ce que l’on ne peut dire, il faut le taire« . Il y a effectivement des faits et des événements qui résistent terriblement à l’énonciation. Ceux là nous avons le devoir de les taire, mais cela ne veut pas dire de ne rien faire ! Il reste en effet tout l’éventail du montrer. Celui également d’un silence non uniforme qui, entre les mots, participe à l’expression d’un sens et d’un ressenti. Ce que l’on ne peut dire, le monument le montre. Il joue en cela un rôle quasiment unique de prise en charge de l’indicible et de l’insensé.   En cela, à mon sens, un monument ne doit pas tendre vers le document (ce que tendrait à produire le fait d’y inscrire l’historique du drame). Documents et monuments jouent dans le traitement des catastrophes des fonctions complémentaires. Au premier la description quantitative, le recueil des données, de tout ce qui peut se décrire et se comptabiliser, au second l’évocation de l’indicible trauma et de l’irruption de l’insensé dans le quotidien (cf. « Catastrophes : l’attribut sauvage« ).

Abstract :

Le 2 décembre, Fréjus va commémorer les 50 ans de cette nuit dramatique où le barrage de Malpasset, en amont de la ville, s’est rompu, provoquant la mort de 423 personnes. A cette occasion, le sculpteur Michel Mourier a réalisé un mémorial constitué de 23 pupitres en inox de 6 mètres de haut. Sur deux de ces pupitres sont inscrites les « explications (du drame), ses origines, son ampleur comme ses conséquences ».

Le mémorial s’implante près des Arènes

Publié jeudi 5 novembre 2009 sur Var Matin
Le sculpteur Michel Mourier devant le mémorial du cinquantenaire, en cours d’installation devant les arènes romaines.
Il faudra sans doute patienter jusqu’au 20 novembre pour voir s’élever les colonnes en inox de six mètres de haut, mémorial du cinquantenaire de Malpasset. Ce nouveau symbole sera installé au côté du Gisant, voué à la mémoire des innombrables victimes de la catastrophe. La météo défavorable comme la sécurité que requiert l’implantation d’un tel monument ont incité la municipalité à repousser son installation à cette date.
Cela dit, le sculpteur Michel Mourier, natif de Fréjus et Grand prix de Rome, est présent sur le site près des Arènes depuis mardi matin. Il surveille l’installation des 23 pupitres, qui, sur l’allée du souvenir encadreront ce mémorial futuriste, emblème de la renaissance de Fréjus après la catastrophe du 2 décembre 1959.

Les pupitres de la mémoire
Dix-neuf pupitres porteront le nom des victimes, entre 18 et 23 chacun, respectant le triste décompte des familles endeuillées. Deux pupitres expliqueront en Français et en Anglais le drame, ses origines, son ampleur comme ses conséquences. Le 22e portera les noms des maires, qui ont contribué à la renaissance de Fréjus depuis la catastrophe. Le dernier rendra hommage aux personnes non-identifiées. Combien sont-elles alors que de très nombreux ouvriers de nationalités étrangères et dont on a jamais retrouvé la trace travaillaient sur le chantier de l’autoroute. Les pupitres sont actuellement boulonnés dans le sol avant d’être recouverts par un béton déstructuré dans les tons gris bleutés. L’entreprise Tirabassi installera ensuite des spots lumineux au pied de chaque pupitre ainsi que des gros projecteurs afin d’éclairer les 6 colonnes du mémorial.
La sculpture avait d’abord été imaginée au square Jean XXIII, à la Base nature ou à proximité du barrage. L’artiste, les élus et personnalités comme François Léotard en ont débattu avant de tomber d’accord sur le site de l’esplanade des Arènes. Après l’accord de l’architecte des bâtiments de France, le projet était lancé. Le mémorial dressera donc ses tours vers le ciel dans quelques jours avant d’être officiellement inauguré le 2 décembre, date du cinquantenaire de la plus grande catastrophe civile en France au XXe siècle.
Autres articles :
  • La catastrophe de Malpasset en 1959, par F. Bruel, ici
  • Son traitement télévisuel d’époque :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *