Un ciel sans nuage (radioactif)

Depuis hier, c’est le ciel bleu, pas un nuage. Et des enfants jouent sur la place du village. Les nuages sont intérieurs, invisibles au regard. Peut-on d’ailleurs, en parlant de radioactivité, parler de « nuage » ?

En toute rigueur, non. Il n’y a aucune condensation, aucune manifestation vaporeuse, aucune sensation d’humidité, pas même la trace de turbulences semblables à celle d’un soupçon de lait dans du café. La radioactivité n’est pas nuageuse, ces deux phénomènes n’ont en commun qu’une propriété: se déplacer au gré des vents, le vent les emportera.

Au contraire d’une condensation, la radioactivité est dissoute.  À peu près comme le sucre dans un verre d’eau, qui disparait au regard. Comme les fumées automobiles dans l’atmosphère. Les matières radioactives sont dispersées et diffusent dans l’ambiant. Les processus de cette diffusion sont complexes1. Ainsi, si la progression des vents est modélisable,  celle des matières qu’ils transportent l’est beaucoup moins. Or, dans le cas qui nous occupe, c’est cela que nous aurions besoin de savoir : comment voyagent les particules radioactives ?

"La Langue des papillons" - Fernando Fernán Gómez

En terme de danger, la question du moment n’est en effet pas une question de radioactivité, de rayonnement radioactif. Nous savons que l’incident de Fukushima n’aura pas de répercussion en termes de taux de radioactivité. La question est bien plutôt celle du taux de présence de particules radioactives. Or cela n’est pas mesurable, il nous faudrait pour cela l’équivalent d’un filet à papillons, pour des papillons ayant la taille de très fines poussières (de l’ordre du micron). Je ne connais pas d’instrument de mesure réalisant cette prouesse.

La deuxième question qui se pose est celle de la composition des matières radioactives qui ont été dégagées par Fukushima. Il s’agirait de connaitre les masses respectives, les degrés de toxicités ainsi que les périodicités des diverses matières radioactives. Cela permettrait  de commencer à évaluer non pas le risque, mais le danger de cette pollution dispersée dans l’atmosphère terrestre.

Quelle est la différence entre risque et danger ?

Un risque décrit la probabilité qu’un événement se produise. Un danger ajoute à cette probabilité, la teneur du risque encouru. Par exemple le risque de mourir en prenant l’avion est très faible, statisquemetn très improbable. En revanche le danger encouru est grand car les chances d’en réchapper sont quasi nulles2.

Autrement dit, pour le cas qui nous préoccupe, en termes de danger, nous devrions connaitre la toxicité des particules radioactives présentes dans le bleu du ciel. Il se trouve que les atomes dont les isotopes sont les plus toxiques (uranium, plutomium, césium) sont aussi parmi les plus lourds. Ils ont donc dû se déposer en tout début de parcours, peut être au large du Japon, dans l’océan. Dans tous les cas le débat sur les variations de taux de radioactivité semble un faux problème.

C’est la toxicité des rares poussières de particules radioactives qui doit être évaluée. Est-ce que l’assimilation de l’une d’entre elles peut mener à des dégénérescences cellulaires ? Si tout nous indique l’inutilité évidente de la prise de pastilles d’iode, se laver les mains pourrait très bien limiter l’assimilation de poussières radioactives par l’organisme. Par précaution.

  1. Ils suivent majoritairement les flux atmosphériques décrit pas les météorologues -ce que l’on voit sur nos bulletins météo –  mais aussi ceux de haute altitude de type jet stream, ainsi que des contres courants et turbulences incalculables, résultant de différences de pressions partielles et conduisant à des flux osmotiques. []
  2. Les médias parlent actuellement non pas de « risque zéro », mais de « risques nuls », petit jeu de synonyme qui évite l’évocation d’un principe mis à bas. Les risques ne sont jamais nuls, ni réduits à zéro. Des black swam et autres « hasards sauvages » sont toujours possibles. Un tuyau coincé peut provoquer une grande marée noire, un battement d’ailes de papillon peut – théoriquement – faire basculer un équilibre dans le chaos. La notion de danger, qui n’est pas uniquement statistique, prend en compte ces occurrences hautement improbables. []

7 réflexions au sujet de « Un ciel sans nuage (radioactif) »

  1. Erratum : Ce ne sont pas 58 centrales mais 18, totalisant 58 réacteurs. Ce qui ne change rien au problème.

  2. Lorsque l’on connait les dimensions réduite du territoire français, les effets désastreux sur le long terme(doux euphémisme)d’une catastrophe de type Tchernobyl ou Fukushima, ainsi que le nombre de nos sites à risque (58 centrales) et la déliquescence des paramètres de sécurité qui les entourent, il n’est pas nécessaire d’être un as en calcul de probabilité pour concevoir comme hautement exigible un référendum à l’échelle européenne (pour ne pas dire international) sur le sujet. Ce sans avoir même à prendre en compte les problèmes de replis énergétiques qu’un rejet de cette technologie imposerait. Le fait de s’être laissé enfermer dans un piège ne donne en aucune manière un caractère « rationnel » au choix qui consiste à ne pas tenter de s’en dégager, quel qu’en soit le prix. Une logique pervertie (à chaque fois qu’un point de non retour est franchi) devant l’évidence du sacrifice à accomplir.
    Dans un tel cas de figure, le règne animal (dont nous sommes) est resté bien plus pragmatique que nous en ce qui concerne la conservation de l’espèce…
    Le renard se coupera la patte pour sauver sa peau.
    Allons nous continuer à préférer la politique de l’autruche? Dans un sable contaminé au Césium?

  3. @ Michel Gibrat : un grand merci. J’ai beaucoup appris, notamment le fait que l’on dispose bien de « filet à papillons », mais pas assez fin pour les formes gazeuses et moléculaires (de l’iode 131 en particulier).

    En gros, je résume :

    La méthodologie de prélèvement est largement contestée par Le CRIIRAD. L’air a été échantillonné à partir de filtres à poussières (des pompes à haut débit qui aspirent l’air et le force à travers un filtre fixe) qui ne permettent pas de piéger l’iode présent dans l’air sous forme gazeuse – micro ou nano-poussières atmosphériques. Or, pour obtenir un bilan complet, il faudrait également disposer de résultats sur ces formes moléculaires et organiques de l’iode (ce que permettent notamment des filtres à charbons actifs).

    D’où les conclusions de la CRIIRAD :
    1/ la présentation des résultats d’analyse est incorrecte : il est indispensable de préciser que la mesure n’a porté que sur l’activité de iode 131 particulaire et qu’il s’agit donc d’une estimation par défaut.
    2/ les résultats publiés sous-évaluent très probablement l’activité réelle de l’air en iode 131. Pour savoir si le chiffre réel est plus élevé, il faut disposer de résultats d’analyse portant sur des filtres spécifiques qui piègent les formes gazeuses de l’iode.

  4. Je reprends ici le commentaire publié par Jean Bon en réponse à « Nous sommes tous radioactif » de P. Barthélémy / Slate :

    Le nuage radioactif de Tchernobyl n’était pas non plus a proprement parler ultra radioactif il me semble. Pour mémoire, les zones les plus contaminées sont montées a 555 kBq/m2. Ce qui semble correspondre a 4 mSv/an. C’est très peu, non ? Il existe des zones qui sont naturellement plus radioactives que ca. (…) Il y a dans certaines zones une radioactivité naturelle de l’ordre de 17 mSv/an sans qu’on y détecte une élévation de l’incidence des cancers.

    Du coup, sachant que ce fameux nuage de Tchernobyl avait, en son temps, fait quand même pas mal de dégâts, ce n’est pas tant la radioactivité en elle même qui est dangereuse dans ce genre de situation, mais plutôt l’inhalation ou l’ingestion de produits comme l’iode 131, hautement toxique et fortement cancérigène même a faible dose.

    C’est en tout cas ce que semble dire wikipedia : “En raison du rayonnement β émis lors de sa désintégration, l’iode 131 provoque des mutations génétiques dans les cellules où il pénètre, ainsi que dans les cellules voisines, mutations graves qui peuvent entraîner la mort de ces cellules. C’est la raison pour laquelle une dose élevée d’iode 131 peut s’avérer moins dangereuse qu’une dose plus faible, les cellules irradiés étant tuées au lieu de survivre comme germes d’un cancer.”

    Donc, venir nous parler sans arrêt du niveau de radioactivité du nuage au lieu de nous parler de la nocivité des particules et de la quantité qu’on va inhaler/ingérer, c’est un peu prendre les gens pour des jambons, vous ne croyez pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *