Les catastrophes spectaculaires

Maubeuge s’est qualifié pour le septième tour de la Coupe de France et le quotidien La voix du Nord titre, « Un scénario catastrophe pour une fin en apothéose ». On pourrait s’étonner de voir le mot catastrophe employé dans des contextes aussi variés et en référence à des événements aussi hétéroclites que d’une part par exemple, la contamination de plusieurs milliers de personnes (Bhopal) et, d’autre part, des défaites sportives. Proposition d’analyse.
De par son étymologie, le mot catastrophè renvoie initialement au dénouement (heureux ou malheureux) d’une action. A partir du Ve siècle avant notre ère, il désigne le dernier acte des tragédies, celui où s’effectue le dénouement (la péripétie) de l’intrigue. Pour Aristote (384-322 av. J.C.) c’est « un changement en sens contraire dans les faits qui s’accomplissent […] selon la vraisemblance ou la nécessité ». Par exemple, c’est le messager qui, dans Œdipe roi, vient avec la pensée de faire plaisir à Œdipe et de dissiper sa perplexité à l’endroit de sa mère mais qui, quand il lui a fait connaître qui il est, produit l’effet contraire.
Selon Aristote, un point important est l’effet de katharsis (κάθαρσις) que produisent de telles représentations théâtrales où « nous prenons plaisir à contempler les images les plus exactes de choses dont la vue nous est pénible dans la réalité, comme les formes d’animaux les plus méprisés et des cadavres » (Aristote, Poétique, 1448b10).
Les sentiments d’effrois et de compassion (Aristote parle de « pitié »), et les formes d’énergies que l’on développe suite à un spectacle du catastrophique sont une manière d’évacuer et d’exprimer des émotions et sentiments liés aux situations catastrophiques. Dans la mise en scène tragique et l’effet de katharsis associé, réside certainement la base éducative des sociétés occidentales face aux catastrophes : mise en scène « spectaculaires » (et non « rituelles »). C’est un moyen de vivre les catastrophes de manière imaginaire, sans pour autant ôté au sentiment de vécu (contrairement aux rituels où les protagonistes passent réellement par l’extrême : jeûnes prolongés, pratiques douloureuses, sexualités déviantes, etc.).

Il est vrai que les péripéties des événements sportifs ont de fortes accointances avec les ressorts techniques de l’écriture tragique (coups du sort, arbitraire possible des sanctions, émotions fortes, métaphore de la guerre – victoire/défaite, blessures) et de ce fait pourrait expliquer la fréquence d’usage du terme catastrophe dans ce milieu. Le supporter et l’aficionado qui entrent dans le stade ne sont pas que simples spectateurs, ils constituent le Chœur, la vox populis.

Les supporters mettent en scène (par les drapeaux, les feux de Bengale, les chants, les comportement propres aux foules) des images qui évoquent les drames/gloires de l’histoire. Drames souvent « joués » (mais pas toujours).


Dans l’article du jour, Maubeuge, « se qualifie pour le septième tour de la Coupe de France, alors qu’à seulement neuf minutes de la fin, Etaples menait 1-3 ». Le finale est décrit comme « une apothéose » (dans la Rome antique, elle désigne le rituel mortuaire qui élevait le défunt au rang des dieux), l’équivalent de l’épopée chez les grecs. Si l’on part du principe que les formes tragiques, mais aussi les formes surmontées du tragique (apothéose, épopée) constituent des sources d’enseignement et de vécu (même imaginaires) des catastrophes, alors nous pouvons commencer à lire autrement ces textes (dont les articles de football). En effet, ces textes promeuvent implicitement des règles de comportements en situation de catastrophe. Dès lors, un footballeur qui vient de vivre une victoire « en apothéose »  livre aussi des clés pour avoir su faire face à une catastrophe. Par exemple ici la foi (pas nécessairement religieuse), un objectif commun, la solidarité : « On y a toujours cru. C’est ça qui a fait la différence. L’équipe n’a rien lâché. Les joueurs ont fait preuve d’une grande solidarité pour revenir en fin de match. Je pense que cela pourra nous aider pour la suite ».

Note : pourquoi la télévision, le cinéma, le théâtre sont-ils les « lieux » privilégiés du tragique ? Selon Jacqueline de Romilly : « L’épopée racontait : la tragédie montra. Or, cela même implique une série d’innovations. Dans la tragédie, en effet, tout est là, sous les yeux, réel, proche, immédiat. On y croit. On a peur. […] Parce qu’elle montrait au lieu de raconter». Nous reviendrons sur cette différence entre raconter et montrer, entre documents (racine doceo, enseigner) et monuments (racine moneo, montrer).

Par leurs mises en scènes (musique, montages, écriture) les génériques de Champions League génèrent un souffle épique, prenant ainsi d’emblée le parti des gagnants (en écho au « we are the champions, no place for the loosers« ). Mais le tragique n’est pas loin : du côté des perdants. Ici, genèse d’une planète : Marseille.

Article catalyseur :
Un scénario catastrophe pour une fin en apothéose pour les Maubeugeois
publié le mardi 03.11.2009, 05:01 – La Voix du Nord

Maubeuge s’est qualifié pour le septième tour de la Coupe de France.
Les Maubeugeois risquent de se souvenir longtemps de leur qualification contre Etaples. … Qui aurait-cru que Maubeuge allait se qualifier pour le septième tour de la Coupe de France, alors qu’à seulement neuf minutes de la fin, Etaples menait 1-3 ? Pas grand monde à vrai dire. Il a fallu une équipe maubeugeoise armée d’une grande opiniâtreté pour faire pencher le destin en sa faveur. Chose que semble (re)découvrir Dominique Ply, l’un des deux entraîneurs maubeugeois avec Frédéric Guinot : « On a été au bout de nous même, raconte-t-il. Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas fait un match comme ça. On est passé par toutes les couleurs. On a cette qualité d’y croire jusqu’au bout. Ca fait plaisir à revoir ça car l’année dernière, on aurait perdu ce match ». Le président Koestel était lui aussi aux anges après la qualification de son équipe et rejoignait Dominique Ply : « On a eu vraiment chaud mais que cette qualification est belle. A 1-3, on s’était dit que c’était terminé. C’était sans compter la détermination des joueurs. La nouveauté, c’est que l’équipe a su réagir comme il le fallait. Surtout contre une belle équipe d’Etaples qui nous a posé de gros problèmes », analysait-il avant de rejoindre les joueurs lors de la réception d’après match. Du côté des joueurs, on n’en revenait toujours pas.

Sofiane Benhammadi tente d’expliquer comment son équipe a réussi un pareil finish alors que tout semblait perdu : « On y a toujours cru. C’est ça qui a fait la différence. L’équipe n’a rien lâché. Les joueurs ont fait preuve d’une grande solidarité pour revenir en fin de match. Je pense que cela pourra nous aider pour la suite ». A condition d’arrêter de jouer avec le feu car à la fin, on se brûle.
• GUILLAUME WATEAUX (CLP)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *