Haïti : L’anti-modèle

Je mets en ligne cette conférence de M. Lemarquet, alors recteur de l’université de Port-au-Prince, pour une lecture  historique de la crise que connait aujourd’hui la société haïtienne.

Dans cette perspective, il ne s’agirait plus de considérer la situation haïtienne comme la « simple » gestion d’une série de catastrophes (sismique, météorologique et épidémiologique), mais comme le point de basculement d’une crise profonde qui dure depuis près d’un siècle. À ce titre, l’instabilité qui règne actuellement sur l’île, ne pourrait se résoudre qu’à partir d’une compréhension de la perception haïtienne de la société-monde et donc, a fortiori de l’aide internationale présente sur le terrain.

C’est bien plus que la gestion d’une catastrophe qui semble en jeu, mais celui d’un effondrement.

Conférence de M. Lemarquet. Samedi 1er décembre 2007, St Jean d'Angély
"Au-delà du développement durable" (transcription intégrale effectuée par Y. Moreau).

Bonjour,

Excusez moi d’être en retard, c’est un effet de la non maîtrise de la logistique mise en place par l’Occident pour transporter les populations. Deux jours d’attente à Chicago après avoir été confirmé sur tous les vols de connexion… Bref ! En tout cas je suis là c’est l’essentiel.

Je viens d’Haïti, je ne sais pas si tout le monde sait de quoi je parle. On confond souvent avec Tahiti. J’aimerais bien être dans un pays de rêve comme Tahiti mais ce n’est pas la réalité !

Quand j’entends évoqué le cas du Chili1 tout à l’heure par exemple, je me suis dit que j’aurais pu prendre tous les bons côtés évoqués en ce qui concerne le Chili et penser Haïti à l’inverse.

Haïti est en quelque sorte « l’anti-modèle », la représentation de ce qu’il ne faut pas faire. Je me suis demandé si nous ne continuons pas à faire attention – c’est un « nous » solidaire avec vous l’Occident – si nous menons le monde comme ça, est-ce que vous n’allez pas un jour ressembler à Haïti ?

C’est un pays qui au niveau de l’environnement, actuellement, n’a que 2% de la réserve forestière qu’il possédait il y a 60 ans. C’est un pays dont on parle souvent au superlatif : le plus pauvre de l’hémisphère occidentale. Effectivement, à Haïti, 60% de la population vit avec moins de 2 euros par jour. C’est le pays qui a le record d’instabilité politique, en 200 ans nous avons eu 10 présidents qui n’ont pas fini leurs mandats de manière régulière, après avoir pourtant été élus démocratiquement. Nous avons eu trois occupations américaines, une première en 1915, qui a duré 35 ans, avec pour motif de s’occuper de la banque centrale et de la douane, de façon à garantir le remboursement des dettes du pays vis-à-vis des banques privées américaines. Une deuxième occupation en 1994 pour ramener au pouvoir le président Aristide qui avait été détrôné par un coup d’état. Une troisième occupation en 2004 par les mêmes forces d’occupation américaines, pour chasser le même Aristide du pouvoir, cette fois-ci avec une forte coopération de la France. C’est un pays dans lequel le système éducatif actuel ne se compare à rien d’autre dans le monde parce qu’il est dominé à 80% par des prestataires privés. L’état a abandonné aux opérateurs non publics son mandat d’éduquer la population. C’est un pays qui, au moment de sa formation, a fait de belles promesses. Il a été connu pour être le premier pôle touristique de la Caraïbe. Les dominicains et les jamaïcains venaient souvent pour voir comment on faisait pour attirer autant de touristes alors que ce n’était que les premiers balbutiement dans ce domaine.

On disait d’Haïti qu’elle était la perle des Antilles. Port-au-Prince est la deuxième ville ayant mis en place le système téléphonique, tout de suite après New York. Les haïtiens aiment répéter qu’ils ont été la première république noire du nouveau monde. L’existence même d’Haïti est un fait insolite dans l’humanité. C’est l’unique révolution d’esclave qui a réussi dans l’humanité et cette révolution a permit de consacrer la déclaration universelle des droits de l’homme. La France est connue pour avoir fait la déclaration universelle des droits de l’homme, mais les haïtiens considèrent qu’ils ont fait un acte universel en donnant à des esclaves la possibilité de devenir de vrais humains.

Que s’est-il donc passé entre les promesses du départ et le cheminement qu’on a eu ? Avec les discussions auxquelles j’ai participé ce matin je n’arrête pas de me dire que, quand on parle de développement durable, il faut toujours garder en tête la question du développement durable pour qui ? Dans le cas d’Haïti, le sentiment qu’on a, c’est que rien n’est durable. C’est un pays qui construit et qui déconstruit. Ce qui était fort au moment de la colonisation c’était l’attitude de l’esclave à tout brûler autour de lui, à ne rien laisser car ce qui était en face n’était pas son patrimoine mais celui du colon.

La question qui est posée est celle-ci : est-ce que même dans les sociétés modernes nous pouvons imaginer organiser un développement durable dans l’exclusion ? L’exclusion interne, et celle par rapport aux pays qui nous entourent. Est-ce que les nations peuvent continuer à se développer dans l’individualité, dans le même esprit d’égoïsme, en pensant que si l’on a résolu ses problèmes propres on a résolu ceux du monde et en oubliant que le problème de l’autre est une menace. Le sentiment que nous avons en Haïti maintenant et c’est un constat fondamental dans tous les choix politiques, c’est que c’est un pays qui ne peut pas se reconstruire dans l’exclusion. Quand on a été la « perle des Antilles », c’était pour combien d’haïtiens ? Il y a un sociologue français qui parlait d’Haïti, en utilisant une expression créole, en disant « en dehors ». En Haïti les gens « en dehors » sont les paysans, ceux qui ne sont pas au centre du monde, qui viennent d’un autre monde. Et une bonne partie de la population est laissée « en dehors » du développement, des acquis de la modernité, des acquis de bien être. Je vais partager avec vous, avant de terminer, un projet d’appel à la communauté haïtienne du président de la république qu’il m’a autorisé à partager ici avec vous.

Nous sommes dans une discussion en Haïti qui est une sorte de carrefour. Le président est obsédé par la question du développement durable car c’est la deuxième fois qu’il est président et, à son second mandat il s’est rendu compte que tous les acquis qu’il avait accumulé ont disparu et se sont évanouis. Il est donc soucieux de pérennisation et de durabilité. D’un autre côté, dans le monde universitaire se crée une mobilisation qui est motivée par l’idée fondamentale qu’il ne faut pas laisser aux seuls politiques, la responsabilité de dire dans quelle direction ils doivent nous conduire.

Il faut faire en sorte que les décisions politiques soient en quelque sorte assujetties à la rationalité. C’est peut-être un rêve ? Platon, Aristote, faisaient de la politique. Peut-être qu’il faut renouer avec ce rêve ? C’est dans ce sens que l’appel qui est lancé propose de faire de l’éducation un vecteur d’intégration social. Je vous lis quelques paramètres de cette mobilisation qui est aussi un appel à solidarité, de manière à rassembler autour du pays toutes les ressources nationales, celle de sa diaspora, Haïti est connue pour avoir une diaspora brillante et riche, et celle des autres communautés scientifiques. Ça s’appelle Agenda 2030, initiative pour un pacte politique d’éducation. Il y est dit que « Les formations du savoir jouent un rôle clé dans la croissance économique et le développement. Notre époque est de plus en plus reconnue comme étant celle de la société du savoir, de l’ère de l’information. Dans ces conditions, il n’est pas tolérable que notre société accepte que des adultes ne sachent pas lire, que des enfants en âge scolaire n’aient pas la possibilité d’être dans une salle de classe. Ce sont 500 000 enfants en Haïti. Comment est-il possible que nos jeunes puissent passer 13 années à l’école sans être parvenus à lire et à s’exprimer correctement ? Que des dizaines de millier de bacheliers n’aient pas accès à l’université est inacceptable. Est-ce que nous ne devrions pas considérer l’éducation comme un bien universel dont aucun citoyen ne devrait être privé quelles que soit ses conditions sociales ? Est-ce que nous ne devrions pas contribuer à redonner à notre pays sa capacité de former des élites intellectuelles conscientes de leur identité caraïbéenne ? Ne devrions nous pas travailler à l’essai d’assumer notre propre capacité nationale d’innovation basée sur un système universitaire responsable de la qualité et attentif aux besoins de la société haïtienne. Aujourd’hui 30 ans après le lancement de la première réforme fondamentale de l’éducation, la situation actuelle du système éducatif est encore très alarmante quels que soient les indicateurs considérés : infrastructures scolaires précaires, nombre de maîtres formés insuffisant – seulement 10% des maîtres de l’enseignement primaire ont reçu une formation appropriée -, faible qualité de l’enseignement, accès limité, cadre normatif obsolète et inadapté, financement de l’état insuffisant. De plus la situation semble échappée à l’état qui ne crée pas assez d’écoles, qui ne contrôle ni n’encadre les écoles existantes, même celles dont il est propriétaire, qui ne forme pas suffisamment de maîtres et qui ne les évaluent pas. Il ne critique pas suffisamment l’établissement non public et laisse proliférer toutes sortes d’initiatives privées éducatives qui sont des duperies pour les parents, les enfants et la société en générale.

Je pense que, malgré la gravité de la situation de l’éducation, quelque chose est possible aujourd’hui. Tout n’est pas perdu, un sursaut est encore possible. Il faut compter sur quelques atouts à notre disposition : le pays a pu mettre en place un plan national d’éducation et de formation qui a traversé deux coups d’états, 6 ministres et qui s’est imposé comme une démarche valable. Pour quelles raisons ? Parce que ce plan a été produit selon une démarche concertée par les acteurs eux-mêmes. Il a mobilisé tous les éducateurs de tous les secteurs concernés et ce sont eux, à travers des discussions et des états généraux, qui ont adopté ce plan. C’est donc un plan qui n’est pas la propriété du gouvernement, mais des acteurs, de ceux qui font vivre le monde éducatif. C’est la raison pour laquelle il s’est imposé à tout le monde. Aujourd’hui un grand nombre d’initiatives de la part d’université haïtiennes et étrangères considèrent qu’un système universitaire moderne et efficace peut contribuer au développement du pays. Des universités s’impliquent dans la recherche de solutions aux problèmes de développement local, appuient l’état dans la définition de politiques publiques, assistent les entreprises dans l’amélioration de la productivité. Des consortiums universitaires régionaux et internationaux se mettent en place. Des initiatives d’internationalisation des programmes se mettent également en place à fins de mobiliser des compétences additionnelles étrangères au service de l’université haïtienne. Aujourd’hui la diaspora haïtienne a pris conscience de sa force sur son territoire d’accueil et sur le développement du pays, de l’importance d’un plus grand leadership dans l’effort de reconstruction du pays, grâce notamment aux compétences humaines et aux ressources financières qu’elle est en mesure de mobiliser. Je propose de prendre en compte ces initiatives et les atouts qu’elles comportent pour nous mettre d’accord sur les fondamentaux d’une action de long terme sur l’éducation. Une éducation qui engage les dirigeants actuels, les responsables des organisations politiques, la société civile dans son ensemble. La proposition d’action sur laquelle nous nous mettrons d’accord sera notre pacte pour le présent et le futur, une façon d’agripper notre destin de peuple avec l’éducation comme véhicule d’intégration pour la constitution d’un véritable projet de développement durable. »

Voici les quelques éléments essentiels d’un appel que le président haïtien fait et au travers duquel il cherche à mobiliser l’ensemble des forces des secteurs concernés pour que les haïtiens se mettent d’accord autour d’un pacte fondamental, véhicule de l’intégration et de l’action politique pour les 30 prochaines années. Je me suis permis de vous soumettre ces considérations car je suis aussi en mission ici, et à travers différentes universités, pour monter des consortiums, pour construire des partenariats, pour inciter les pays à bâtir un véritable système éducatif moderne. Merci.

  1. Cette conférence prenait place dans une table ronde dont la retranscription intégarle est disponible ici. []

2 réflexions au sujet de « Haïti : L’anti-modèle »

  1. Ping : Japon, l’absence de morts (dans les images) | Catastrophes

  2. Ping : Haïti s’effondre | Catastrophes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *