Haïti s’effondre t-elle ?

Il y a une dizaine de jours, un article de la BBC indiquait (je souligne) : « the Pan American Health Organisation (Paho) says it expects tens of thousands more Haitians to catch cholera in the next few years.« . je m’insurgeais contre une telle échelle de temps. Est-ce à dire que l’on envisage que l’épidémie durera « quelques années » ?!! En général on tente d’éradiquer au plus vite les épidémies… je cédais presque à la rumeur (BBC me semblant digne de confiance), mais un doute subsistait. Je décidais de vérifier. Il se trouve que, après visonnage, lors de sa conférence le docteur Jon Kim Andrus, de la Paho, a seulement parlé de » coming days« .

Je prenais conscience, grâce à cette petite frayeur, de l’extrême réactivité dans laquelle je me trouvais et commençais à imaginer ce que ce devait être pour les haïtiens eux-mêmes. La poudre à rumeurs est en place. La situation est tellement critique qu’une étincelle pourrait faire exploser la situation actuelle. Elle n’est plus uniquement complexe, comme l’avait décrite Lemarquet, elle devient profondément confuse et instable, aux limites du chaotique.

Ce n’est pas à la gestion d’une catastrophe que nous assistons, mais à son ingérence, à son fiasco.

Haïti s’effondre.

Avec des maisons bleues adossées aux collines.

Il n’y a plus de clé.

Désolé pour le rêve hippie.
(en musique)

Il y a trois ans je travaillais à la transcription/analyse/synthèse des conférences d’une université d’été sur le thème du développement durable. M. Lemarquet, alors recteur de l’université d’Haïti, avait présenté son pays comme un modèle de développement non-durable, comme l’illustration de ce qu’il ne fallait pas faire. Bref, Haïti comme l’exemple à ne pas suivre.

Il voyait en Haïti  un pays insoutenable, en cours d’effondrement. Il montrait (voir la retranscription de son allocution) d’une part combien les crises écologique, politique, éducative, sanitaire, et culturelle étaient inextricablement liées les unes aux autres et, d’autre part, la dimension historique de ces instabilités1.

Cette situation de multicrise, trop profonde (touchant tous les secteurs de la société) et trop durable (sur près d’un siècle), ne pouvait  plus, selon lui, se résoudre de manière autonome. C’était sans compter, en plus, sur les coups de butoir sismique, météorologique et épidémique qui font aujourd’hui basculer ce pays dans une crise aux allures de plus en plus évidentes d’effondrement.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Que l’on doit ajouter à la version catastrophique – c’est-à-dire événementielle – du drame, un processus de crise sur le long terme, en un mot un historique. Si la situation actuelle n’est pas uniquement le résultat des catastrophes qui viennent de s’y produire, mais aussi d’une trajectoire structurelle, alors il s’agirait d’envisager la possibilité d’un effondrement (collapse en anglais).

J’émets l’hypothèse – et en même temps je soulève la question – de la possibilité de cet effondrement2.

La milice des "Tontons Macoutes", sous la dictature des Duvalier

Malgré son caractère d’exception un effondrement  ne signifie pas la disparition complète d’une société, mais sa mutation structurale profonde. Ainsi des effondrements ont encore eu lieu au siècle dernier, celui des empires ottomans et austro-hongrois ou de l’union soviétique par exemple. Il s’agit, avec une telle hypothèse de tenter de mettre à jour les zones de structurations/ruptures, et de dégager au-delà des aspects événementiels et locaux de la crise haïtienne, ses dynamiques historiques et mondiales.

Nous savons (depuis Lévi-Strauss notamment) que toute société produit des taxonomies, organise son monde tant symboliquement que matériellement, y met de l’ordre, le structure. Ces structures se modifient au cours du temps, intègrent les contingences historiques, les aléas et les bouleversement de l’histoire. Elles le font en fonction des circonstances historiques, s’adaptant à l’évolution de l’environnement social, écologique, technologique, politique, religieux, symbolique et économique. Si les structures sont mouvantes, malléables, en un sens « résilientes » , elles le sont dans la mesure où elles continuent de participer de ce que Lévi-Strauss nomme un schème.

Manifestation à Port-au-Prince, en Haïti, lundi 7 avril 2008 contre la hausse des prix alimentaires (photo Cubillos/AP).

Un schème sociologique c’est, en somme, un paradigme socio-culturel. De même que seule une révolution scientifique – au sens de T. Kuhn – modifie  le paradigme scientifique, seule une révolution/un effondrement social modifie le schème socio-culturel, une crise n’en modifiant que la structure.

Dans le cas d’Haïti, il s’agit de déceler si la crise est seulement conjecturale ou aussi historique, située dans les structures fines du sociale.

Si ce sont les structures fines qui sont concernées, c’est-à-dire celles du schème, alors la crise n’est pas uniquement locale, elle est coextensible au global. Elle serait corrélative à une crise de civilisation (au sens de Morin), et non plus uniquement locale et relative aux catastrophes qui viennent de s’y produire. La situation actuelle est-elle simplement une « maladie » passagère et endémique, une accumulation de conjonctures  malheureuses ou bien une série de symptômes contingent à un désordre plus profond qui travaille en profondeur la société-monde ?  S’agit t-il de prendre soin des multiples symptômes (épidémie, crise sanitaire, instabilité politique, etc.) sans tenter aussi de trouver une cause plus globale et un comment prendre soin ?

La complexité de la crise haïtienne fait qu’elle n’est pas uniquement un séisme, un ouragan et une épidémie qu’il s’agit d’affronter.

Du point de vue local (celui des haïtiens sinistrés) tout autant que mondial (géopolitique) c’est une situation « cancéreuse ». D’un côté les locaux regardent les organismes internationaux (aides humanitaires mais aussi prospecteurs économiques, politiques et religieux)  comme des macrophages qui veulent les faire disparaître pour se préserver eux-mêmes. D’où, à mon sens, les émeutes, et les rumeurs aux allures de chasse aux sorcières3. D’où également les scènes d’auto flagellation, les élans d’auto-accusation et la dépréciation progressive des éléments culturels endémiques (manières de penser, d’habiter et de se soigner).

De l’autre côté, il s’agit désormais  moins de secourir et de rétablir les provoquer les conditions d’un retour à une normalité (qui ne préexistait avant la catastrophe),  que de confiner la crise, d’éviter notamment que l’épidémie se transforme en pandémie, que le mécontentement tourne au chaos social, et que l’éventuelle faillite de la solidarité internationale n’apparaisse comme le symptôme d’une fragilité structurelle bien plus générale : l’insoutenabilité globale des sociétés modernes (c’est l’hypothèse que soutenait Lemarquet).

Dans ce dernier cas de figure, le cas haïtien deviendrait alors un exemple de ce qui menace la Société-Monde : l’effondrement.

Dans un documentaire amateur qui semble réalisé par des étudiants américains (dont est tirée la capture d’écran sur la gauche), l’accent est porté sur la déforestation, proposant une analyse similaire à celle  – controversée – de Jared Diamond à propos de l’île de Pâques4 : l’effondrement d’une société suite à une déforestation massive.

.

La cause ne pouvant pas se réduire à cette seule empreinte écologique (l’analyse de Lemarquet reste à ce titre la plus pertinente, préservant toute la complexité du phénomène), elle pointe toutefois du doigt une donnée essentielle de ce qui, à mon avis, est en train de se produire sur l’île antillaise : la conjonction d’événements catastrophiques dans le contexte d’une « multicrise » au long court.

Merci à Kéké pour la relecture ^)^

  1. Voir également à ce propos un chapitre que Chomsky consacra, en 1993, à l’histoire d’Haïti []
  2. Je ne souhaite bien évidemment  pas verser dans le catastrophisme, mais tester cette hypothèse et la confronter à la critique. Il s’agit d’étudier si nous n’agissons pas en aveugle face à ce cas de figure. []
  3. Actuellement, les émeutes sont liées à la croyance que le choléra aurait été amené sur l’île par des membres népalais de l’ONU – pays où la bactérie responsable du choléra est endémique. Une autre rumeur affirme que l’origine de l’épidémie serait les sanitaires d’un camp de l’ONU, défectueux dans tous les sens du terme. Les premiers cas se seraient ainsi produits en aval du tuyau d’épanchement des eaux usées de ce camp. []
  4. Cf. son livre Collapse : How Societies Choose to Fail or Succeede []

6 réflexions au sujet de « Haïti s’effondre t-elle ? »

  1. Parmi les causes des difficultés haïtiennes, il en est une qui me semble toujours placée au second plan alors qu’elle est ici comme ailleurs au premier rang des problèmes : La surpopulation. Moins densément peuplée, les construction auraient pu etre mieux réparties sur l’île. Le nombre de mort aurait été moindre et ensuite les problèmes alimentaires plus facile à résoudre, de même les épidémies auraient plus de difficultés à se répandre avec moins de promiscuité.
    Il en est de même aujourd’hui en Egypte où le pays ne peut structurellement se suffire à lui-même. Nous avons atteint et même dépassé les limites de la planète. Sans effort sur notre nombre, tous ce qui sera fait par ailleurs en terme de protection de l’environnement ne servira tout simplement à rien. Il faut abattre le tabou démographique et militer pour une natalité plus basse. Nous allons à la catastrophe. J’ai vu que certains commentaires citaient Jared Diamond. Ce dernier explique très bien le problème dans le cas du Rwanda.

  2. blablabla; yo vérifie aussi choléra au Pakistan, politique de l’autruche en occident, ne penses tu pas face aux misères de la planète? et pourquoi?
    Il y a énormément de régions du monde en détresse. Le monde est débordé et l’argent où va-t-il ? Aux banques qui distribuent cet argent aux traders et aux hedges founds? Le fmi et l’Europe vont devoir sauver l’Irlande de la faillite, quelques dizaines de milliards ? Comment la catastrophe en Indonésie a été prise en charge, où le risque de choléra était bien présent aussi ? Apporte des solutions plutôt que d’écrire des phrases morin’esques. Recherche cette info du paquebot humanitaire (idée géniale évoquée par Roosevelt: construire un paquebot humanitaire par an, mais jamais réalisée.

    Il me manque l’avis d’Haïti, maintenant, quelles solutions pour cette crise ? Tu sais, il faut donner les rennes au peuple, à lui de se soulever et de se prendre en main. Et c’est peut être ce qu’il fait pour que Haïti ne s’effondre justement pas. Quels sont les directives des politiques sur cette population révoltée ? Pourquoi un bouc émissaire pour expliquer l’épidémie ? Est ce une manière de reprendre la main ? Il faut lancer l’aide humanitaire d’un point de vue matériel, qu’elle soit palpable, et pas de l’argent qui peut être corrompu et ne pas arriver à Haïti.

    En attendant nos médias ne comprennent pas la culture haïtienne. La rue est au bord de l’explosion et à 10000 km de là, les sujets sur Haïti sont sans âme. Ils sont factuels. Comment veux tu toucher les Hommes chez nous en théorisant un peuple ? Crois tu vraiment que le peuple haïtien est au bord de l’effondrement. Au contraire, donnons leur la parole. C’est cela qu’ils demandent. Regarde juste ce sujet (nul) d’aujourd’hui sur itele : http://www.itele.fr/video/le-cholera-ne-faiblit-pas. J’aimerais des fois que tu essayes d’extraire des dires et des pensées autochtones pour élaborer tes propos. J’ai adoré tes remarques sur Facebook sur Haïti, reprends celles surtout sur les télés haïtiennes.

    A suivre effectivement le traitement de cette crise par les journaux haïtiens et leurs télévisions. J’aimerais qu’on m’apporte des solutions pour éradiquer cette épidémie, et qu’on m’explique aussi : où est passé l’argent donné par l’élan de solidarité (Europe, USA, asie etc…) ? Quel est le programme politique des candidats haïtiens à la présidence élections qui approchent ? Donner la parole aux premiers concernés. Des témoignage voilà ce que j’attends d’un article pas seulement des théories. D’ailleurs mon neuronne et moi n’avons rien compris à ton article.
    Bisous je sais que tu peux conter différemment, avec h2 (humanité & humour), les haïtiens sont pleins de vie, ils rêvent encore d’une nation Haïti.

    • @ Georgia : J’aurais aimé trouver les mots simples, mais ce n’est pas toujours évident.

      Pour ce qui est des solutions, le peuple Haïtien a une grande tradition d’autonomie et de libération, je ne doute pas qu’il trouvera les ressources pour faire face à ce qu’il estime être une ingérence et une menace. En tout cas c’est à mon sens ce qu’il faut encourager : trouver les ressources locales pour faire face. Pour cela il faut comprendre la situation du point de vue haïtien. Il faut aussi découvrir cette culture.

      On pense souvent l’aide humanitaire comme une œuvre charitable, dénuée d’intérêt, pense aux « stratégies du choc » (dont parle N. Klein) et à l’esprit paternaliste du colon modèle. Sous couvert d’aider ce sont souvent des entreprises de mises aux normes politiques, économiques et culturelles basée sur les valeurs et les modes de fonctionnement de la Société-Monde.

      Ce n’est pas si simple. J’essaye de donner aussi un autre regard sur les émeutes de ces derniers jours, autant que sur la tendance à dévaloriser la culture haïtienne. On n’aide pas quelqu’un en lui disant qu’il est nul (surtout quand on est en partie responsable de sa situation).

      Pour ce qui concerne, le fait de donner la parole aux haïtien(ne)s, pour la rédaction de cet article j’ai passé une soirée sur les chaines de télévisons locales (haïtiennes). Qu’est-ce que j’ai vu : 1/ un film avec Louis de Funes et Yves Montand, 2/une série « rose claire », genre les feux de l’amour mais avec un sein qui déborde du drap de temps en temps 3/Des clips musicaux locaux 4/une autre série type arlequin, 5/des candidats à la présidence (ou leurs représentants) qui défilaient derrière un pupitre 6/ (et je suis finalement resté sur celle là) un docu sur l’histoire haïtienne.

      Rien ne concernait l’actualité,les émeutes ou autres. mais c’est peut être (certainement) dû à l’horaire de diffusion des infos (que j’imagine à 20h, comme ici).

      Bref, je cherche les infos locales. j’ai vu aujourd’hui que 18 visites ont été effectuées sur mon blog depuis Haïti. J’aimerais à fond avoir un retour depuis là-bas.. mais bon.
      Merci, bises à ton neurone et (surtout) à toi.

  3. Ping : Tweets that mention Haïti s’effondre | Catastrophes -- Topsy.com

  4. Dans « collapse » j’entendais l’effondrement gravitationnel d’une étoile. Et c’est bien l’image de ce chaos lointain, mais qui s’intègre dans l’organisation mondiale.
    Quelles en seront les conséquences ? pas de boule de cristal, mais il y aura un impact mondial, au moins parce que les sociétés occidentales ne peuvent pas se permettre d’échouer dans la solidarité et dans la gestion de la crise humanitaire.
    Merci pour ce billet, lecture d’un signal faible dans le magma des informations et analyse très pertinente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *