Hiroshima : ombre et lumière de la photographie (atomique)

Pour que l’on puisse photographier quelque chose il faut nécessairement de la lumière, un minimum. Aux limites de la pénombre et de l’obscure, pour que le grain ne meure, il faut une source de clarté minimale : la lumière d’une chandelle, un fin croissant de lune, une trouée nuageuse vers les étoiles, un briquet crépitant sous le visage d’un fumeur. Cette lumière fragile, il m’est arrivé de l’attendre en chambre noire, avec un ami photographe spécialiste des lueurs.1. En fait, d’une manière plus générale, pour prendre une photo, il faut du contraste, un minimum de contraste. Il faut de l’obscure autant que du lumineux.

À l’occasion d’une enquête sur le bombardement atomique d’Hiroshima, je découvre que le domaine de contraste peut être largement déplacé. Ce que l’on considère en temps normal être surexposé peut, sous certaines conditions, jouer le rôle de chambre noire. Il faisait même grand soleil ce matin-là, ce jour où une ville entière est devenue un lieu propice à l’impression photographique.

Le 06 aout 1945 à 08:15:52,2 la chambre noire c’était Hiroshima toute entière. Sous l’éclair atomique, elle devint soudain tellement lumineuse, que le milieu ambiant, c’est-à-dire la luminosité quotidienne, relevait en regard de l’obscurité la plus complète. L’obturateur s’est ouvert. Une fraction de seconde. Et c’était trop.

Murs et sols ont joué le rôle de pellicule. Des personnes, des échelles, des barrières et des vannes en métal ont été photographiées. Mais seulement, et de manière irrémédiable, en négatif.

Leurs ombres ont préservé les murs de la brûlure, mais pas eux3.

Si l’on observe la « pellicule », avant et après explosion, nous avons une idée macroscopique de ce qui, en général,  se produit à l’échelle micro, au niveau chimique ou électronique  :

Hiroshima et Nagasaki, deux événements parmi les plus sombres de l’histoire contemporaines, furent lumineuses. Terriblement lumineuses. Prises au flash, effaceront nous les yeux rouges ?

Que restait-il donc de ce négatif à l’échelle géographique, de cette pellicule (de terre) soumise à la photo atomique ?

  1. Il s’agit de Jonas Hörning. À l’époque, en 2001, nous travaillions en argentique. Jonas avait convertit les 9 mètres carrés de sa chambre d’étudiant, en chambre noire. Des couvertures colmataient les encablures de la porte et de la fenêtre. Ça sentait le vinaigre chez lui, en permanence. Nous travaillions aux limites du visible, et c’était véritablement des grains – et des grappes -de lumières qui apparaissaient au fur et à mesure du temps de pose de l’agrandisseur. []
  2. C’est l’heure qu’indiquait la montre de Kengo Futagawa. pour plus d’info à ce propos, voir http://culturevisuelle.org/catastrophes/2010/09/25/le-temps-des-catastrophes-les-figures-de-lhorloge/ []
  3. Cf,  une sélection de sites et blogs recensant des images en ligne. []

6 réflexions au sujet de « Hiroshima : ombre et lumière de la photographie (atomique) »

  1. wahou, c’est incroyable !!?? je n’arrive pas à comprendre ce phénomène ; serait-ce de la pure poésie macabre ?
    on pourrait presque penser que l’âme des victimes est restée imprimée sur des supports concrets ; pour le coup, l’ombre de l’échelle et de la manivelle me poussent à croire que je deviens animiste…
    plus sérieusement, cela dépasse le compréhensible ; la connerie de l’homme dans la course au n’importe quoi ne connait aucune limite ! et ça aussi ça demeure incompréhensible.

  2. Ping : Tweets that mention Hiroshima : ombre et lumière de la photographie (atomique) | Catastrophes -- Topsy.com

  3. Des « photographies de négatifs photographiques » sont-ils alors les positifs d’une chambre blanche ?

    • @ yohel : oui ;-, en quelque sorte. Une chambre blanche, et non plus seulement « claire » (comme celle de Barthes) mais ayant en commun de ne pas pouvoir se répéter. Les ombres macabres imprimées sur les bétons d’Hiroshima sont bien le signe de « ce qui n’a été qu’une seule fois ». Les faiseurs d’ombres (hommes et femmes, rambardes de pont, échelles d’acier, et autres) ont eux aussi irrémédiablement disparus. Mais, dans ce cas, en quoi la blancheur serait-elle distincte de la clarté ?

      • Une piste peut-être (merci Arno) pour la « chambre blanche » : les rayogrammes de Man Ray… Le procédé est tout à fait similaire à ce qui s’est produit grandeur nature à Hiroshima. Les surfaces planes ont joué le rôle de papier photo, les personnes et objets ont fait écran à la lumière. Une différence subsiste, les objets de Man Ray apparaissent en blanc sur fond noir (le papier est noirci à l’oxydation) alors que sur les murs d’Hiroshima ils apparaissent en sombre (les murs ont été blanchi par la chaleur). Reste aussi – fondamentale – toute la différence entre faire quelque chose en laboratoire et le produire en grandeur nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *