L’insoutenable catastrophe ?

"Peur de Kashima. Fête en l'honneur du Namazu"

J’ai le plaisir de vous informer de la soutenance de ma thèse en vue de l’obtention du doctorat d’anthropologie de l’EHESS. Je tiens à remercier Culture Visuelle, son maître artisan André Gunthert et l’ensemble de l’équipe technique et de rédaction, pour m’avoir hébergé sur cette magnifique plateforme : je vous suis plus que reconnaissant ! Après un an de silence « théseux », je reprendrai du service dès novembre, suivant l’actualité, avec de nouvelles billes et grilles de lectures issues de mes recherches académique et théâtrale. Si le coeur vous dit de courir le risque d’assister à une soutenance sur les catastrophes…

Catastrophes et mondes

Disputes et trajectoires du sens des aléas majeurs

le jeudi 10 octobre 2013 à 14 heures
Salle Maurice et Denys Lombard 96, Boulevard Raspail, 75006 Paris Lire la suite

La tectonique des images

Ōtsuchi (大槌) préfecture d’Iwate (Japon), 9 mois après le tsunami.Capture d’écran, cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo source.

« La catastrophe du  11 mars 2011 a été vécue et vue en direct par le monde entier. Filmé en temps réel : le séisme. Capturées par téléphone portable : les vagues du tsunami. Enregistrées : les montagnes de débris. Disparus : le corps des victimes. De la destruction partout mais pas de morts… Dans ce tsunami d’images personnelles et médiatiques, quel récit se dégage ? »

Un document radiophonique.

Les images commentées sont rassemblées ici.

Document initialement diffusé par France Culture / Sur les Docks, 13 aout 2012 par Michel Pomarède. Invité : Yoann Moreau. Lire la suite

L’effet exo-planète (fisheye, suite)

L’une des premières image prise par le NASA Curiosity Rover. Crédit image : NASA/JPL-Caltech

Changement de décor.

Cette première image du drone « Curiosity » arrivé sur le sol de Mars hier à 07:37 (heure de Paris), diffusée par la Nasa évoque  mon récent billet sur l’usage d’une optique fisheye pour donner une dimension globale à un phénomène local.

Dans cette image, l’optique fisheye produit l’impression que l’ombre portée par le robot s’étend à une planète entière. Implicitement, c’est l’image d’une mainmise. L’image d’une conquête.

Plus les heures avancent, plus les images sont mises à plat (elles sont linéarisées par ordinateur, afin – explique le site de la Nasa – de compenser l’effet de distorsion de « l’œil de poisson » du Rover). Lire la suite